Les obsèques orthodoxes

Pour les orthodoxes, la mort est considérée comme la naissance à une vie nouvelle, une vie éternelle. L’âme, dans son ascension vers Dieu pendant quarante jours, se purifie. Le jour des obsèques est fixé le troisième jour et l’on peut lui rendre hommage le neuvième et le quarantième jour, ainsi que pour l’anniversaire du décès par l’office dit de la « Pannychide ».

Les obsèques orthodoxes

Les obsèques orthodoxes

L’incinération est proscrite par la foi orthodoxe, au même titre que l’autopsie et le don d’organe, afin de préserver l’intégrité du corps considéré comme création de Dieu. Les soins de conservation sont tolérés.

Le délai de trois jours nécessaire pour que se tiennent les obsèques orthodoxes correspond au temps que met l’âme à se détacher du corps. On croise les bras du défunt sur sa poitrine et l’on met entre ses mains son icône personnelle.

Fleurs et bougies ont toute leur importance lors de la cérémonie, comme métaphores de l’illumination et de la floraison de l’âme dans l’éternité.

Le prêtre encense le corps du défunt et l’assemblée chante et prie. Par tradition, on laisse le corps à découvert pour accentuer la présence surnaturelle du défunt. Celui-ci est béni par le prêtre avec la croix, qui est ensuite présentée à l’assemblée pour être vénérée. Dans les pays occidentaux, on referme alors le cercueil. Dans les pays orthodoxes, on laisse le cercueil ouvert pour que les proches puissent y déposer des fleurs.

Au cimetière, ils déposent une poignée de terre sur le cercueil et le prêtre leur fait embrasser la croix.